Les compétences d’HUMAIN & ASSOCIÉ permettent

 

d’anticiper les risques liés au facteur humain,

 

de développer le capital humain,

 

d’améliorer le fonctionnement de l’organisation.

 

 

Toute entreprise repose & se développe sur son capital humain

 

Les entreprises et collectivités ont toutes une aspiration commune et fondamentale : pouvoir effectuer leur mission durablement avec 100% d’efficacité. Les équipes qui les constituent sont leur ressource, leur force, et leur atout majeur pour atteindre leurs objectifs.

Le capital humain est sensible et fragile

 

Si le lien social vient à se tendre, à s’abîmer, voire à se rompre, une crise survient alors qui empêche la société de fonctionner normalement. L’atmosphère se dégrade, la productivité et les rendements chutent, le capital humain périclite.

Ce sont donc la santé, la valeur, et la pérennité même de l’entreprise à moyen terme, qui sont en jeu.

 

 

Aujourd’hui les risques psychosociaux (RPS) génèrent un surcoût direct pour les organisations. Celui-ci est évalué de plus en plus précisément. D’après l’agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail (sept 2014, UE-OSHA), la charge liée aux RPS avoisine d’un treizième mois de salaire par salarié et par an! (pour en savoir plus, cliquez ici).

La solution: la maintenance et l’ingénierie

 

Dans le secteur privé comme dans le secteur public, s’appuyer sur un contrat de maintenance pour entretenir ses ordinateurs ou ses machines-outils est une évidence depuis longtemps. Ça ne l’est pas encore pour ce qui est d’entretenir le lien social. Le responsable d’une organisation ayant fait l’expérience d’une défaillance humaine individuelle ou collective attachera du prix(1) à prévenir ces risques. Si le maintien de ses outils de travail est important, celui de ses équipes est primordial.

De même, l’ingénierie est une démarche qui déploie le capital humain. Il s’agit de penser, créer et tester aujourd’hui l’organisation agile & efficace pour demain.

  

(1) pour un euro investi dans la prévention, le bénéfice net par salarié augmente en moyenne de cinq euros l’année suivante, puis jusqu’à plus de treize euros en deux à cinq ans!